0

Sale Bête et Surprise Filmique

SALUTATIONS COMPÈRES AVIDES

Oui, je sais, je n’ai tenue aucune de mes bonnes résolutions. Comme à mon habitude. Mais aujourd’hui, j’ai une sacré bonne excuse, puisque je vous annonce deux gros changements.

D’abord, vous avez pu remarquer (ou pas) le changement de bannière qui annonce, non pas le début de ma schizophrénie (elle a commencé il y a bien plus longtemps), mais le début d’une collaboration avec une comparse chroniqueuse.
De temps en temps, pour vous changer de ma sale gueule, de mon écriture trop concise et de mes chroniques sur la littérature jeunesse, une invité de marque vous régalera de ces articles rafraîchissants.
Je vous présente, La Sale Bête.

12834736_10209034495680121_1171476134_n

La Sale Bête n’a pas de faciès. Mais un sacré bon logo.

Ça claque du pépitos.

En plus de ma sale bête principale (ma chouchou d’amour), je voulais ouvrir ce blog à d’autres chroniqueurs/journalistes/écrivains, pour offrir des articles divers et de qualité.
A VOS CLAVIERS.

 

Deuxième changement majeur.
Roulement de tambour.
Instant de suspens.
Je vous annonce, non sans fierté et mal de ventre, la création de la chaîne Youtube de Super-Libraire ! Je ne vous en dis pas plus, tout est expliqué dans cette première vidéo d’introduction, où je vous raconte ma vie (et où je fais des blagues vaseuses). N’hésitez pas à partager la vidéo, à rejoindre la page facebook, à vous abonner. Bref, à faire ce que tout internaute ce doit.

Publicités
0

BLUEBIRD – Tristan Koëgel

Bluebird

Editions Didier Jeunesse, Septembre 2015

Minnie est la fille d’un songster, un musicien qui chante le blues sur les routes de Louisiane dans les années 40.
Leur quotidien bascule lorsqu’ils sont obligés de s’installer dans une immense plantation où règne la cruauté et la violence.

Cher Tristan Koëgel,

Merci, merci et encore merci.
Quand on lit souvent la même chose, quelle bouffée d’air frais que de tomber sur quelque chose de différent.
Bluebird est différent. Bluebird raconte une histoire. Une épopée. Un voyage. Une chanson.
L’histoire est belle, les mots sont justes. Les phrases s’enchaînent, c’est fluide, instinctif, naturel. Une seule question s’empare de mon esprit: que va-t-il advenir de tous ces personnages qui se sont installés dans mon cœur ? Que va-t-il arriver à mes amis ?

Je me suis sentie bête (…). Bête de ne pas m’être rendue compte qu’il y aurait toujours des gens pour faire grossir les rivières entre deux personnes qui veulent simplement se rejoindre.

Bluebird m’a rappelé qu’une histoire pouvait être plusieurs: plusieurs lieux, plusieurs temps, plusieurs vies.
J’ai vécu le livre comme un voyage: j’ai senti la chaleur étouffante du Sud, la sueur et la soif, j’ai vibré avec les personnages, j’ai senti mon cœur se serrer, s’arrêter, repartir, battre à la chamade. J’ai demandé à Minnie de chanter, encore une fois, chante pour moi Minnie.
J’ai vécu le livre comme un film: avec des scènes fortes, des séquences, des images. Et une bande originale exceptionnelle. La playlist du livre (dispo sur deezer) est un bijou de blues qui prouve encore une fois qu’un livre n’est pas qu’écrit. Et toutes ces voix profondes et vivantes se mêlent à la poésie de vos mots.

Oui, oui, je sais, je ne suis pas objective: je rêve de la Louisiane, je rêve de la Nouvelle-Orléans, je rêve de jazz et de blues qui gonflent le cœur.
Mais votre livre dépasse cette subjectivité, votre livre touche.
L’histoire est BELLE, les mots sont JUSTES.

Je crois que c’est pire que tout, la trouille. Pire que la peine, pire que les nuits sans dormir où les vieux cauchemars de votre vie se faufilent sous vos draps. Pire que la colère. La trouille, ça vous coupe les jambes d’un seul coup, sur le sol des toilettes, juste avant que votre vie commence enfin.

J’ai mis trois bonnes semaines à lire votre roman. Pas parce que je m’ennuyais ou parce que je n’avais pas le temps. Mais parce que je me suis imprégnée. Pendant trois semaines je me suis imprégnée de plusieurs lieux, temps, vies.

Mississippi 2Bluebird n’est pas un livre que je relirai de sitôt. Non, Bluebird est le genre de livre que je vais laisser mûrir dans ma bibliothèque et que je relirai quand j’aurai grandi, que je retrouverai comme on retrouve un ami, et
pourquoi pas, sur les rives du Mississippi.

Cher monsieur l’auteur, c’était le premier livre que je lisais de vous… Je cours acheter les autres.

P.S: je suis si heureuse que vous soyez français: quelle fierté dans la surproduction anglophone.

Double Koeur Koeur, 9/10
Mention Spéciale: Coup de coeur

.

Vous aimerez peut-être:
Sweet Sixteen    Là où naissent les nuages.jpg

0

2016 ET DES CACAHUETES

J’aime pas les cacahuètes. Sauf dans les curly. D’ailleurs j’aime pas les noix et les noisettes non plus. Sauf dans le nutella. Enfin là n’est pas la question:
On est en 2016 ! Et pour vous foutre encore plus un coup de vieux voici la liste des choses qui me donnent envie d’être un scientifique fou pour inventer une machine à remonter les horloges:
Harry Potter à L’école des Sorciers est sorti il y a 19 ans
Harry Potter et les Reliques de la Mort est sorti il y a 9 ans
C’est à peu près tout. LA VIEILLESSE DANS TA TRONCHE.

Je déclare à présent la période des « Bonne année », « Bonne santé », « Richesse et Amour » et autres hypocrisies ouverte et ce jusqu’à la mi-février !
Mais malgré mon cynisme, je me plonge aussi dans ce moment d’excitation et de bonnes résolutions qu’on ne tiendra pas en remettant un peu à neuf mon blog et en me fixant des nouveaux objectifs.
Moults chroniques de livres débarqueront sur vos écrans incessamment sous peu. Des livres plus tout neufs puisque je vous l’avoue mes loulous, je n’ai pas tellement lu ces derniers mois.

NaNo-2015-Winner-Banner.jpg

En Novembre dernier je me suis embarquée dans la grande aventure du NaNoWriMo. Le National November Writing Month, traduire le Mois National d’Ecriture de Novembre, est un challenge d’écriture qui pousse amateurs et professionnels à pondre un roman en trente jours top chrono. 50 000 mots. Environ 1 700 par jour. Autour de vous, toute une communauté qui organise des événements, des séances d’écritures (qui m’a permis de rencontrer The Little Squid), des conseils pour ne pas abandonner, des conférences avec des auteurs, des aides sur les réseaux sociaux. A la fin, pas de récompense ni de gain particulier, si ce n’est la fierté d’avoir écrit un roman.

Vous ne me connaissez pas, mais je vous le dis: je suis du genre feignasse. Je suis du genre à trop penser. Par conséquent je suis du genre à ne pas avoir écrit depuis trois ans alors que je rêve de pouvoir coller l’étiquette « AUTEURE » sur mon trop grand front.
Du coup le challenge semblait parfait pour moi. D’autant plus que j’ai décidé de m’y mettre le 1er Novembre à 23h. J’avais donc déjà du retard. Et je vais même être franche avec vous: ça n’a pas été facile tous les jours. De combattre mes instincts de perfectionniste et d’écrire même quand je ne savais pas de quoi parler et d’avancer dans un roman sans savoir où aller.

12246922_10153611407577489_5149980543404730762_n

En train d’écrire de péter un câble dans un tipi en plaid

Mais je me suis accrochée: j’ai pris du retard, j’ai pris de l’avance, j’ai grandi avec mes personnages, j’ai entendu leurs voix dans ma tête, j’ai écris et réécris, j’ai pleuré de frustration, j’ai grignoté, j’ai passé trop de temps dans un café à regarder les autres et j’ai écouté environ trois milliard de fois la BO du Petit Prince.
Et puis le mois de Décembre est arrivé. Et j’ai posé le mot FIN au bout de mes (plus de) 50 000 mots. Alors bien sûr je pars pour plusieurs mois de corrections et de retouches et de réécritures. Mais je peux dire Bonjour, j’ai écris un roman, je suis auteure. BIM.

0

ILS VONT FAIRE UN FILM

J’adore le cinéma. J’adore les séries TV. Et par-dessus tout j’adore les adaptations, autant que je les déteste. Sérieusement, qui en ce monde n’a pas eu envie de trouver le scénariste/producteur/personne responsable de l’immondice The Seventh Son qui a ruiné le chef d’oeuvre de Joseph Delaney pour lui faire fondre les yeux avec une allumette ? Mais de temps en temps, une bonne nouvelle éclate, et j’ai les neurones qui partent en vrille à la fois d’impatience de voir mes héros prendre en vie, et d’anxiété de les voir être malmenés. Dernièrement il y a eu la nouvelle d’une adaptation du Bon Gros Géant par Steven Spielberg (OMG!). Et encore plus récemment…

La bonne nouvelle qui fait du bien.
Comme vous le savez, j’ai une (complète) légère obsession pour Jonas, le requin mécanique de Bertrand Santini. Et j’ai appris qu’ils allaient faire un fiiilm. Alors bien sûr mon cerveau est parti en plein délire. YES. YES. ET TRIPLE YES.

SozLamL

Je suppose que je n’ai plus qu’à attendre. Attendre patiemment.

tumblr_inline_n5mtmkzBtp1qccry0GDNyuPn G8pDmzCwaiting impatientlygiphy  need-it 3118206

Bref, quand on aime les livres et les films, on est forcément un peu schizophrène. Et vous, quelle est l’adaptation qui vous met le cerveau en bouillie ?

0

LA BELLE ET LE FUSEAU – Neil Gaiman

sleeper spindle

Dispo en français: Editions Albin Michel, Septembre 2015

Blanche-Neige rencontre Aurore, la Belle au Bois Dormant. 

Mitigée. Mitigée, mitigée, mitigée. Je suis mitigée. Tout d’abord et pour être honnête, je ne suis pas fan des illustrations de Chris Riddell, même si je ne saurais pas dire pourquoi. Trop de traits, pas assez de magie, ou de douceur. Et j’ai beaucoup de mal avec ses portraits. Quand un personnage est décrit comme le plus beau et le plus parfait, je trouve l’interprétation de Riddell… moche. J’ai aussi eu beaucoup de mal à entrer dans le texte. Les descriptions sont parfois longues et un peu complexes (note: j’ai lu l’album en anglais), j’ai mis du temps à le lire, et parfois je me suis ennuyée.

sleeper spindle2Pour ce qui est de l’histoire par contre j’ai beaucoup aimé ! Une reine (une gentille reine, pas une Méchante Reine), annule son mariage pour briser une malédiction et tenter de réveiller une princesse endormie. Gaiman aborde ce mélange des contes de façon assez « réaliste » (est-on obligé de se marier dans un conte de fée ?comment est-ce que les gens qui dorment peuvent être recouvert de toiles d’araignée, si les araignées sont censées dormir ? quels sont les effets d’un sommeil magique au réveil ?). Ses choix sont toujours ingénieux, et les rebondissements sont une pure merveille !

Je suis bien sûre obligée de mettre cette image, qui en a choqué plus d'un, même si on est en 2015... #LOVEWINS

Je suis bien sûre obligée de mettre cette image, qui en a choqué plus d’un, même si on est en 2015… #LOVEWINS

Je pense qu’avec un autre illustrateur (désolée Riddell!) et une écriture plus simple, le récit aurait gagné en beauté et en clarté. Mais l’originalité est là, et elle est enchanteresse !

Bien mais peut faire mieux, 3/5

0

HANSEL & GRETEL – Neil Gaiman

Neil Gaiman réécrit le célèbre conte des Frères Hansel-and-Gretel-Gaiman-Mattotti-CoverGrimm, en s’inspirant des illustrations de Lorenzo Mattotti.

Spooky. Entre le texte de Gaiman et les illustrations incroyables de Mattotti, c’est le mot qui m’est venu d’instinct.

Le texte est très facile à lire (même en anglais) et montre une fois de plus que Gaiman est un véritable conteur. Old school, il rappelle les contes de fées tels qu’ils étaient racontés. Contrairement aux réécritures actuelles qui ont tendance à rendre plus gentillet cette histoire, Gaiman prend le parti de revenir aux traditions et de nous en montrer les parties les plus noires, en insistant sur la guerre, la famine, le cannibalisme. Sur l’abandon aussi.

hansel-and-gretel

Les dessins en noir et blanc laissent une immense place à l’imagination, et il se trouve que mon imagination me donne la chair de poule. C’est un album qui nous
révèle à nous-même, qui fait ressortir nos peurs primitives en nous faisant voir dans les images ce que nos boyaux nous y montrent. Les dessins n’exposent rien de l’histoire, mais ils dévoilent tout de son ambiance. A travers les traits et les ombres, je devine les os, les arbres, le déguisement d’une sorcière, la terreur dans le cœur des enfants.

hansel-gretel7Parents, le moment est venu des REVELATIONS CHOCS : les enfants aiment avoir peur. Il est facile de se réapproprier un conte, de le simplifier, pour « le mettre à la portée des petits ». Mais je félicite le travail de ses deux artistes qui donne au lecteur (jeune et moins jeune) ce qu’il souhaite le plus : une histoire qu’on se raconte au coin du feu, et se faire peur juste avant de s’endormir.

Double Koeur Koeur, 4/5

4

ART: Ellen Jewett

Aujourd’hui j’ai envie de vous faire découvrir Ellen Jewett, une artiste canadienne spécialisée dans la sculpture surréaliste. Au hasard d’internet (quelle merveilleuse invention!), je suis tombée sur cette image:

Ellen Jewett1Autant vous le dire tout de go, je suis tombée sous le charme de cette sculpture où tout se mêle, s’entremêle. Complètement chaotique mais étrangement harmonieux.
Côté réalisation, des structures de métal pour la base, et des couches d’argile minutieusement sculptées. Jewett peint ensuite tout à la main, en utilisant pinceau et acrylique (ou pigments naturels). La nature a une place toute particulière puisque l’artiste explique qu’elle n’utilise aucun matériaux toxiques. Une grande partie de son travail consiste donc à trouver des matériaux uniques.
Ce qui me plaît le plus dans l’art de la sculpture, c’est l’impression de légèreté. Alors forcement, devant le travail de Jewett qui joue sur l’espace négatif je ne peux qu’être admirative. Les couleurs, l’aspect de dentelle, et tous ces détails incroyables et fantastiques qui font qu’à chaque fois qu’on regarde une de ses oeuvres, on voit quelque chose de nouveau. Quelque chose d’organique, de végétal, quelque chose qui raconte une histoire. Un mélange entre réalisme anatomique et une beauté surnaturelle.
Je vous laisse à la contemplation:
  Ellen Jewett9Ellen Jewett8
Ellen Jewett5          Ellen Jewett10   Ellen Jewett11
Ellen Jewett7
          Ellen Jewett12   Ellen Jewett13
Ellen Jewett2
Ellen Jewett3
Ellen Jewett6
Ellen Jewett14
Vous pouvez voir plus de ses sculptures en allant sur son site, ou en googlant son nom.
Et si vous avez quelques 4 000 dollars à dépenser, disons aux alentours de Noël/mon anniversaire, sachez que mes préférés sont la tortue et ses maisonnettes; les corbeaux; le poulpe et ses poissons rouges. Merci d’avance.